Billet de blogue : Encore quelques mots à propos des forces perturbatrices des changements technologiques

Rédigé par Felix Narhi le .

Il est à noter que l’un des grands concepts élaborés par Charles Darwin s’applique également au capitalisme : « Ce n’est pas l’espèce la plus forte qui survit ni la plus intelligente. Mais celle qui s’adapte le mieux au changement. » Il est préférable de causer une perturbation plutôt que de subir son impact, ou du moins il vaut mieux être capable de s’adapter rapidement aux changements importants.

Télécharger le pdf

Syntel, titre que Pender détient depuis longtemps, est un fournisseur de services informatiques dont les activités sont centrées sur l’Inde et qui fait partie de la catégorie de ceux qui s’adaptent. En effet, à mesure que l’entreprise passe d’un modèle centré sur les personnes à un modèle axé sur l’automatisation informatique, l’entreprise aide ses clients à faire avec les forces perturbatrices qui sont en train de remodeler leurs propres secteurs. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Syntel a dû s’adapter au changement. Il s’agit en fait de la quatrième fois que la direction a dû faire pivoter son modèle d’affaires depuis la création de l’entreprise en 1980. En outre, depuis la fin 2016 Syntel fait face à un cycle plutôt difficile après que certains clients importants ont décidé de diminuer leurs dépenses en TI. Nous sommes néanmoins prudemment optimistes quant au fait que l’entreprise ait atteint un plancher. Les activités de Syntel liées à l’automatisation (les Syntbots) et ses efforts du côté des technologies numériques font preuve d’une dynamique encourageante. À mesure que le monde évolue vers le numérique, nous sommes d’avis que les entreprises devront consacrer une partie plus importante de leur budget aux activités numériques à l’avenir. Nous continuons cependant à croire que l’entreprise reprend une tendance qui lui est plus familière selon laquelle elle promet moins tout en offrant plus. Après avoir passé quelques années difficiles, l’action de Syntel a atteint au début 2018 des plafonds qu’elle n’a pas atteints depuis 52 semaines.

Nous avons aussi acheté des actions de Discovery Inc., un chef de file mondial de la programmation vidéo originale du domaine de la téléréalité avec des chaînes telles que Discovery, HGTV et le Food Network. Le marché actuel considère que la chaîne Discovery subit l’impact occasionné par un perturbateur, mais nous n’en sommes pas convaincus. La demande pour une programmation vidéo permettant aux consommateurs de visionner leur contenu à tout moment et depuis n’importe où a explosé. Il existe pourtant de grands écarts sur le plan des valorisations entre les différentes entreprises médiatiques, ce qui laisse croire que le modèle selon lequel le contenu est livré directement aux consommateurs est largement plus précieux que le modèle classique de télévision linéaire. Lorsque les faits et le comportement des consommateurs évoluent, les entreprises bien dirigées s’adaptent. Les choses risquent de changer dans les prochaines années vu que Discovery s’est associée à l’entreprise de télédiffusion Scripps et qu’elle compte offrir prochainement des services directement aux consommateurs selon un modèle semblable à celui adopté par Netflix. Au lieu de se concentrer sur le marché saturé des émissions scénarisées et des films (comme Netflix, Amazon et Disney), Discovery compte devenir la source par excellence du contenu hors fiction offert directement aux consommateurs. À notre avis, le marché estime qu’il n’y a aucune chance que ce changement de direction réussira. D’autre part, bien que nous ne pensions certainement pas que les chances de réussite soient de 100 %, elles sont largement plus élevées que zéro. Entretemps, Discovery demeure une entreprise génératrice de flux de trésorerie à très bon marché qui dispose d’un fort potentiel de croissance si ses initiatives réussissent. En outre, les nombreux achats d’initiés que nous avons observés sont prometteurs.

Pour mieux vous renseigner sur ce sujet, lisez mon Commentaire du mois de mars 2018.

Felix Narhi, CFA

Le 16 mars 2018