Book Reviews
juin 29, 2018

Billet de blogue : la liste de lectures estivales de Pender — juin 2018

Rédigé par Investment Team

David Barr

Ce que j’aime vraiment de l’été c’est que j’ai la chance de m’échapper du bureau et de réfléchir un peu. Je peux réfléchir sur notre processus de placement et j’ai l’occasion d’y apporter des modifications et d’y intégrer de nouveaux apprentissages, ce qui contribue à améliorer notre processus de placement à long terme.

Cet été, je vais mettre l’accent sur les équipes de gestion et la culture d’entreprise. Je recommande trois livres, dont deux qui ont été recommandés par les participants du Zurich Project présenté par MOI.

Télécharger le pdf 

The Culture Code: the Secrets of Highly Successful Groups, de Daniel Coyle.

Nous investissons beaucoup dans les entreprises du secteur technologique où les ressources humaines constituent la principale richesse. Ainsi, le fait de bien comprendre les différentes cultures permet de mieux connaître les entreprises et de découvrir là où pourraient se trouver des sources permettant d’être plus concurrentiels à long terme.

Spy the Lie: Former CIA Officers Teach You How to Detect Deception, de Philip Houston et Michael Floyd.

Le deuxième livre traite également des équipes de direction et a été rédigé par deux anciens agents de la CIA. Ce livre devrait nous permettre de savoir qui tente de nous induire en erreur.

Investing Between the Lines: How to Make the Smarter Decisions By Decoding CEO Communications, de L.J. Rittenhouse.

Le troisième livre traite davantage du fait de lire la documentation produite par les entreprises. Il devrait nous donner plus d’outils nous permettant d’analyser les propos tenus par les PDG et les équipes de gestion de manière à ce que nous puissions découvrir leur message caché.

Felix Narhi

How Do You Know?: A Guide to Clear Thinking About Wall Street, Investing & Life, de Christopher W. Mayer.

J’ai récemment lu How do You Know ? de Chris Mayer, auteur du livre 100 Baggers : Stocks that Return 100-to-1 and How to Find Them. Contrairement à ses livres précédents, celui-ci ne traite pas du monde du placement en soi, mais plutôt du fait d’avoir une pensée claire et de la façon dont on peut faire preuve d’honnêteté intellectuelle. Il ne s’agit certainement pas d’un livre facile à lire que l’on peut amener avec soi sur la plage. Le livre peut être déconcertant à certains endroits et je crois que plusieurs lecteurs diront qu’il n’est pas du tout satisfaisant, en partie parce qu’ils se retrouveront en situation de devoir se défaire de leurs idées les plus chères (et personne n’aime faire ça !).

Je crois toutefois que, si les lecteurs sont prêts à accepter des idées radicalement différentes, ils trouveront que certaines parties en valent la peine. Le livre contient plusieurs idées intéressantes. M. Mayer résume ses quatre principales propositions comme suit :

  1. Notre monde est en constante évolution ; rien n’est immuable ;
  2. Deux choses ne sont jamais entièrement identiques ;
  3. L’observateur et la personne observée créent ensemble ce que l’observateur perçoit ;
  4. Il nous est impossible de connaître tous les détails ; nous oublions toujours quelque chose.

Une grande partie de ce que nous croyons être vrai devrait, en fait, être remise en cause. Alors, comment faire pour savoir ? Si l’on pousse la logique à l’extrême, la réponse honnête c’est que nous ne savons pas vraiment comment faire. Et nous ne parviendrons jamais à le savoir.

Geoff Castle

Principles, de Ray Dalio.

Principles de Ray Dalio est un livre très accessible qui met l’accent davantage sur la dimension humaine liée au fait d’être un investisseur et à celui de gérer une société de placement, plutôt que sur différentes stratégies de placement. M. Dalio, fondateur de Bridgewater Associates qui a connu un immense succès, raconte son histoire personnelle et donne un aperçu sur la façon dont Bridgewater est devenue le gestionnaire d’un des plus importants fonds de couverture au monde. Toutefois, Principles vise principalement à partager les « habitudes personnelles de fonctionnement » qui ont permis à M. Dalio de réussir. En commençant par le fait d’accepter la réalité, aussi inconfortable soit-elle, jusqu’au fait d’accepter des idées radicalement différentes, M. Dalio met les professionnels de monde des placements au défi de transformer leurs émotions les plus intimes et leur dialogue intérieur en un état d’esprit plus productif. Comment faire pour gérer nos faiblesses personnelles ? Les accepter. Assimiler la douleur avec des possibilités d’apprentissage. Voici les leçons, parmi plusieurs autres, que M. Dalio compte transmettre aux générations futures. Ce livre contient plusieurs points de réflexion qui se prêtent très bien à l’ombre d’un parasol et je le recommande vivement.

Maria Pacella

BAD BLOOD: Secrets and Lies in a Silicon Valley Startup, de John Carreyrou.

Rédigé par le journaliste du Wall Street Journal qui avait exposé la fraude pour la première fois, Bad Blood raconte la croissance et le déclin de Theranos, une entreprise naissante du secteur biomédical qui avait déjà été le « chouchou » de la Silicon Valley. L’histoire commence avec Elizabeth Holmes, fondatrice de l’entreprise, qui avait le rêve de créer un dispositif simple capable d’effectuer plusieurs tests sanguins au moyen d’une goutte ou deux de sang, et qui avait également réussi à amasser 1,4 milliard $ de capitaux, et elle termine avec Mme Holmes faisant face à des accusations de fraude par les procureurs fédéraux et, finalement, par sa démission en tant que chef de la direction le 15 juin 2018. Cette histoire fascinante pleine de mensonges et de tromperies représente un moment très sombre pour le secteur dans son ensemble. Bad Blood n’est pas seulement un livre qui porte sur l’arrogance de la Silicon Valley, mais plutôt un rappel à tous les investisseurs de certains principes d’investissement durables : investissez dans ce que vous comprenez, n’hésitez jamais à poser les questions difficiles et n’oubliez pas que rien ne peut remplacer des pratiques de gouvernance et de surveillance saines.

Kitchen Confidential: Adventures in the Culinary Underbelly, de Anthony Bourdain.

Pour rendre hommage au grand Anthony Bourdain décédé récemment, j’ai décidé de relire Kitchen Confidential. Reconnu pour son style plein d’esprit et souvent acerbe, il nous donne un aperçu sans artifices des coulisses du monde de la restauration de la ville de New York et en profite pour partager avec nous le cran dont il faut faire preuve pour devenir un grand cuisinier. Ce faisant, il partage avec nous des leçons précieuses comme celle où il nous dit de ne jamais commander un plat de poisson le lundi ! Avec ses émissions de télévision No Reservations et Parts Unknown, il nous emmène hors des sentiers battus, là où se rendraient très peu de chefs étoilés au guide Michelin, pour rétablir la connexion entre la nourriture et le terroir. On se souviendra toujours de Anthony Bourdain pour son amour profond et sincère de la nourriture et pour ses opinions tranchées sur les moindres détails bien sûr !

Sharon Wang

Bull : A History of the Boom and Bust, 1982-2004, de Maggie Mahar.

Étant donné que le marché haussier que nous vivons actuellement se classe au deuxième rang des marchés haussiers les plus longs de l’histoire, le moment est bien choisi pour nous souvenir de la reprise des années 1990 qui battait tous les records et qui s’est effondrée avec l’éclatement de la bulle technologique en 2000. Bull : A History of the Boom and Bust, 1982-2004, est un examen bien rédigé qui réussit à résumer tous les détails concernant les marchés financiers à cette époque et à expliquer pourquoi les investisseurs ont agi comme ils l’ont fait. Pour les professionnels en placement qui n’ont pas vécu les années 1990 et l’ère des point-com, ce livre donne un aperçu des cycles du marché et de la psychologie des foules. L’histoire ne se répète pas, elle rime. Je pense que nous serions tous d’accord avec Mme Mahar qui dit que, « le fait de connaître l’histoire représente le meilleur moyen pour un investisseur de se défendre. » Cela dit, elle souligne également, à juste titre que, « l’histoire est ambiguë, et que chaque folie financière est unique, le produit de la sottise particulière de son temps. » Qu’est-ce qui sera unique cette fois-ci ? Nous verrons bien.

Amar Pandya

Enlightenment Now: The Case for Reason, Science, Humanism and Progress, de Steven Pinker.

Dans l’ère que nous vivons actuellement, pleine d’impartialité politique, de rhétorique haineuse et de tristes manchettes, il est parfois difficile d’avoir un regard optimiste sur l’humanité. Dans Enlightenment Now, Steven Pinker pose un regard rempli d’espoir et d’optimisme sur notre espèce et fait valoir de manière convaincante que, même si le public a l’impression du contraire, le monde continue de progresser et l’humanité continue de s’améliorer. Je savais qu’il fallait que je m’achète ce livre après avoir écouté M. Pinker parler des thèmes abordés dans son livre dans le balado animé par Joe Rogan et, ensuite, appris que Bill Gates considérait qu’il s’agissait de son nouveau livre préféré de tous les temps. Grâce à des faits et des données observés de façon empirique, M. Pinker plaide en faveur du progrès humain. Au moyen de la compilation de diverses mesures du bien-être humain, y compris l’éducation, la santé, la prospérité, la sécurité, la paix et le bonheur, M. Pinker conclut que, selon presque toutes les mesures, les choses s’améliorent et continuent de s’améliorer pour la plupart d’entre-nous, et ce, partout au monde. Dans Enlightenment Now, M. Pinker plaide en faveur de la raison, de la science et de l’humanisme et affirme que ce sont ces valeurs qui ont mené aux progrès que nous avons réalisés jusqu’ici et qu’elles doivent être défendues.

Kenndal McArdle

The Rational Optimist: How Prosperity Evolves, de Matt Ridley.

Comme son nom l’indique, The Rational Optimist plaide en faveur d’un avenir plus prospère. Cet ouvrage est entré sur ma liste de livres « à lire » lorsque Mark Zuckerberg l’avait recommandé en 2015. Il est facile de vivre dans un état de peur quant à notre avenir, car notre cerveau est naturellement porté à rechercher les menaces qui pèsent sur notre bien-être. Aujourd’hui, les menaces sont omniprésentes, comme en témoignent le réchauffement climatique, les différends politiques, la croissance anémique du PIB mondial et l’innovation technologique qui risque de remplacer nos moyens de subsistance. Il n’est pas surprenant que le pessimisme soit si répandu dans le discours public. Toutefois, l’approche la plus rationnelle serait peut-être de nous laisser guider par l’histoire. Matt Ridley milite fortement en faveur du fait que le monde va en s’améliorant et il explique également les raisons qui le poussent à tenir cette opinion. En outre, plusieurs personnes, dont Bill Gates, ont salué ses idées sur l’évolution culturelle au moyen de la spécialisation et de l’échange ouvert.

Parul Garg

Margin of Safety: Risk-Averse Value Investing Strategies for the Thoughtful Investor, de Seth A. Klarman.

Compte tenu des écarts serrés que l’on constate actuellement sur le marché des titres à rendement élevé et de l’optimisme sur le marché en général, Felix Narhi, notre directeur des placements, m’a recommandé de lire Margin of Safety de Seth Klarman, haute figure du placement axé sur la valeur. Cet ouvrage traite de trois thèmes. M. Klarman commence par décrire comment les spéculateurs se prennent pour des investisseurs et comment la ruée pour les nouveaux produits de placement est susceptible d’engendrer des problèmes pour ces produits à l’avenir (au moment de la publication du livre, il s’agissait des obligations à haut risque, de nos jours c’est Bitcoin). Ensuite, M. Klarman parle de la marge de sécurité, à savoir de pourquoi, selon lui, la valorisation d’une entreprise est un art et non une science. Il existe tellement d’éléments qui contribuent à la valorisation d’une entreprise qu’il est très difficile d’en faire une valorisation précise. Et pour terminer, M. Klarman souligne l’importance d’être à contre-courant. Le livre met l’accent sur les occasions qui se trouvent dans les secteurs délaissés du marché, les actions qui passent inaperçues, les faillites et les entreprises dérivées. Au départ, j’ai pensé que ce livre serait trop démodé. Serait-il encore pertinent pour les marchés actuels ? La réponse est oui. Ce livre nous rappelle bien que le fait d’éviter les pertes revêt plus d’importance que les rendements lorsqu’il s’agit de prendre des décisions de placement et il offre un aperçu des pièges en matière de placement qui échappent à bien des investisseurs.