Billet de blogue : Liste de lecture de la période des fêtes de Pender – décembre 2020
December 7, 2020

Billet de blogue : Liste de lecture de la période des fêtes de Pender – décembre 2020

Rédigé par PenderFund

Investing Philosophy, Process & Best Practice

Geoff Castle – The Deficit Myth: Modern Monetary Theory and the Birth of the People’s Economy, by Stephanie Kelton

Emily Wheeler – Principles For Navigating Big Debt Crises, by Ray Dalio

Parul Garg – Big Money Thinks Small: Biases, Blind Spots, and Smarter Investing, by Joel Tillinghast

Sharon Wang – The Psychology of Money: Timeless lessons on wealth, greed, and happiness, by Morgan Housel

Human Nature

Felix Narhi – Alchemy: The Dark Art and Curious Science of Creating Magic in Brands, Business, and Life, by Rory Sutherland

Felix Narhi – The Almanack of Naval Ravikant: A Guide to Wealth and Happiness, by Eric Jorgenson

Felix Narhi – Factfulness: Ten Reasons We’re Wrong About the World–and Why Things Are Better Than You Think, by Hans Rosling

Rolf Dekleer – Predictably Irrational, Revised and Expanded Edition: The Hidden Forces That Shape Our Decisions , by Dr. Dan Ariely

Lukasz Darowski – Atomic Habits: An Easy & Proven Way to Build Good Habits & Break Bad Ones, by James Clear

Amar Pandya – Can’t Hurt Me: Master Your Mind and Defy the Odds, by David Goggins

Macro Factors

Victoria Zhang – Culture, Modernization, Value Investing and China, by Lu Li

Kenndal McArdle – The Master Switch: The Rise and Fall of Information Empires, Tim Wu

Business Practices

Tony Rautava – Remarkable Retail: How to Win & Keep Customers in the Age of Digital Disruption, by Steve Dennis

Corporate Culture

Tracy Tidy – No Rules Rules: Netflix and the Culture of Reinvention, by Reed Hastings and Erin Meyer

Biographies 

Don Walker – Confessions of an Old Stockbroker, by Kent W. Chauvin

Special Interest

Maria Pacella – The Feather Thief: Beauty, Obsession, and the Natural History Heist of the Century, by Kirk Wallace Johnson

Jour 1

Don Walker

Confessions of an Old Stockbroker, by Kent W. Chauvin

L’auteur de ce livre est un courtier chevronné qui a passé 48 ans à gérer les placements de ses clients. Le livre relate ses années d’expérience, mais pas de façon prétentieuse. Bien que les sujets comprennent des statistiques et des tableaux détaillés, ce livre est amusant à lire et il raconte des histoires personnelles de réussite et d’échec impliquant des clients, collègues et d’autres gestionnaires de fonds de l’industrie. Il est rempli de citations amusantes comme « les économistes ont prédit neuf des six dernières récessions », qui vous font rire à voix haute. Son mantra semble être de garder les choses simples et d’éviter le bruit. Ayant survécu à huit importantes crises financières au cours de sa carrière, ce livre permet à l’auteur de transmettre sa sagesse. Ce livre qui combine humour et connaissances est très agréable à lire.

Jour 2

Geoff Castle

The Deficit Myth: Modern Monetary Theory and the Birth of the People’s Economy, by Stephanie Kelton

J’ai récemment lu « The Deficit Myth », de Stephanie Kelton, qui résume en un livre bien écrit et facile à lire les principes fondamentaux de la théorie monétaire « moderne ». Au cœur de « The Deficit Myth » se trouve l’idée sensée selon laquelle les pays souverains ne peuvent jamais vraiment « manquer d’argent », car ils ont le pouvoir d’en créer plus. De cette façon, l’idée de comparer un budget familial à un budget national se décompose. Mme Kelton et ses collègues qui épousent la théorie monétaire moderne rétorquent l’idée reçue des « déficits gouvernementaux » et parlent plutôt de « surplus non gouvernementaux », et ce faisant, ils examinent l’ajout d’une dette nationale non corrélationnelle dans le but de stimuler la production et la consommation dans l’économie réelle de sorte à améliorer les résultats pour les particuliers.

Selon Mme Kelton, le facteur qui limite les politiques n’est pas un ratio dette/PIB arbitraire, mais plutôt la création d’une demande excédentaire qui se présentera par des pénuries réelles de ressources et l’inflation. C’est un argument controversé, mais persuasif. Le dialogue sur les déficits et la dette du gouvernement central est chargé de métaphores sur le fait « d’élaborer un budget comme s’il s’agissait d’une famille » sans imposer un fardeau aux générations futures. Mme Kelton démystifie ces arguments efficacement. Elle soutient que « nous dirigeons notre économie comme s’il s’agissait d’un homme de six pieds qui se promène constamment replié dans une maison avec des plafonds de huit pieds parce que quelqu’un lui a dit que s’il se levait droit, il souffrirait d’un traumatisme crânien massif. » Les dirigeants des grandes économies mondiales commencent à examiner la théorie monétaire moderne dans le contexte actuel. Cela compte pour les investisseurs, car il se peut qu’il n’y ait plus beaucoup d’évènements inattendus ou que l’appui gouvernemental ne pas cesse et cela pourrait signifier que l’investissement considérable dans des efforts comme la décarbonisation est plus proche que nous le pensons. Je recommande ce livre intitulé « The Deficit Myth ».

Jour 3

Maria Pacella

The Feather Thief: Beauty, Obsession, and the Natural History Heist of the Century, by Kirk Wallace Johnson

La pêche à la mouche est quelque chose que j’ai récemment commencé et, chose pratique, il s’agit d’une activité que l’on peut faire à distance. Je me suis demandé pourquoi les mouches à poisson fabriquées de plumes sont si belles et bizarres, et un ami m’a recommandé ce livre. Lors d’un voyage de pêche à la mouche en 2011, l’auteur a entendu parler du vol de plusieurs spécimens de plumes d’un musée en 2009. En faisant ses recherches, M. Johnson donne vie à la longue et sordide histoire de la plume, depuis le moment où elle était sans doute plus précieuse que l’or, jusqu’aux voyages et la collection du célèbre naturaliste Alfred Russel Wallace, en passant par le plus important vol d’une des collections les plus vastes et les plus sacrées de plumes qui soit. Cette histoire tirée de la vraie vie est tout aussi riche, colorée et extraordinaire qu’une plume. Elle démontre aussi à quel point une obsession pour des choses exquises de la nature peut être extrême. Il s’agit d’une merveilleuse façon de s’échapper au cours d’une froide nuit d’hiver.

Jour 4

Emily Wheeler

Principles For Navigating Big Debt Crises, by Ray Dalio

Ray Dalio, fondateur de Bridgewater Associates et auteur de « Principles: Life and Work », croit que plusieurs choses se répètent au fil du temps et qu’en étudiant les modèles qui émergent constamment, il est possible d’élaborer des principes permettant d’intervenir de manière efficace. Ce livre en trois parties fournit un cadre détaillé pour intervenir précisément en cas d’une crise de la dette. C’est ce type de modèle que Bridgewater a utilisé pour mettre en place un ensemble de principes qui leur ont permis de mieux gérer que plusieurs autres la crise financière de 2008. La première partie décrit l’archétype du cycle de la dette basé sur l’examen par M. Dalio de 48 cycles de la dette. M. Dalio déclare que : « si vous comprenez le jeu Monopoly, alors vous pouvez comprendre comment les cycles de crédit fonctionnent à l’échelle de l’économie entière ». Au début, « c’est la propriété qui prime », puis, plus tard, lorsque l’argent a été dépensé sur des propriétés et qu’il n’en reste plus beaucoup pour payer le loyer, alors « c’est l’argent qui prime ». Dans la première partie, nous découvrons l’une des motivations qui ont poussé M. Dalio à rédiger ce livre. Celle-ci implique sa conviction que le plus grand risque pendant ces périodes ne découle pas des dettes elles-mêmes, mais plutôt de la possibilité que les décideurs politiques prennent des mesures inappropriées en raison d’un manque de connaissances ou d’autorité. En effet, leur réussite quant à la résolution de ces problèmes repose sur leur utilisation appropriée des leviers qui sont à leur disposition. La deuxième partie présente trois études de cas détaillées impliquant trois crises de la dette importantes. Pour commencer, il se concentre sur l’hyperinflation emblématique en Allemagne qui a suivi la fin de la Première Guerre mondiale et qui a finalement entraîné une dévaluation de la monnaie si importante que l’ensemble du stock de monnaie allemande en 1913 vous aurait permis d’obtenir un pain de seigle en 1923. Les deuxième et troisième exemples illustrent la grande dépression de 1928 à 1937 aux États-Unis et la crise financière de 2008. Bien que ces deux périodes partagent de nombreuses similitudes, une différence clé, selon l’auteur, est la vitesse à laquelle les décideurs ont réagi en 2008 et la probabilité que cette période ait été moins douloureuse s’ils avaient réagi plus tôt. La dernière partie du livre donne un aperçu de chacune des 48 crises de la dette dans le but d’illustrer comment il est possible d’y voir d’importantes tendances. Ce livre analyse en profondeur certaines périodes importantes sur le plan historique et les résume de sorte à nous fournir une référence complète et pratique.

Jour 5

Felix Narhi

Alchemy: The Dark Art and Curious Science of Creating Magic in Brands, Business, and Life, by Rory Sutherland

Les livres qui apportent une perspective singulière, remettent notre vision du monde en cause de façon constructive et nous divertissent par la même occasion sont des perles rares. Or, ce livre répond à l’appel sur les trois fronts. Rory Sutherland puise dans ses quelque trente années sur le terrain auprès de grandes agences de publicité à l’échelle mondiale pour asseoir sa nouvelle façon d’envisager le travail, les affaires et la vie en général. Les concepts sont déroutants par moment. Bon nombre des conclusions, théories et expériences sur le fonctionnement de la pensée peuvent sembler absurdes, choquantes, voire impossibles. Et pourtant, elles finissent par marcher. (Pendant la lecture de certains passages, je me suis rappelé de la philosophie amusante d’un de mes amis sur la solution de problème : « si c’est stupide et que ça fonctionne, ce n’est pas stupide »). Le livre sert de réfutation convaincante à ceux qui examinent le monde à travers une lunette strictement axée sur la rationalité et les données probantes. L’auteur avance qu’il est possible d’améliorer grandement nos réflexions en tentant, à l’occasion, de laisser pour compte les certitudes artificielles et en apprenant à penser dans l’ambiguïté au sujet des particularités de la psychologie humaine. L’alchimie, ou une approche imaginative qui s’inscrit hors des sentiers battus, ne transformera pas nécessairement le plomb en or, mais elle fonctionne parfois lorsqu’il est question d’affaires humaines. Ouvrez-vous à la magie.

Voici un de mes passages préférés :

« Pour résoudre des problèmes de logique, les personnes intelligentes et logiques doivent pouvoir admettre la possibilité qu’elles puissent avoir tort sur certains points; or, ce sont les intellects de ces personnes qui résistent le plus au changement – peut-être parce que leur statut est foncièrement et étroitement lié à leur capacité à raisonner. Les personnes les plus scolarisées ne font pas qu’utiliser la logique, celle-ci fait partie de leur identité. Lorsque j’ai affirmé à un économiste qu’il est souvent possible d’augmenter la vente d’un produit en augmentant son prix, sa réaction n’a pas été empreinte de curiosité, mais de colère. »

The Almanack of Naval Ravikant: A Guide to Wealth and Happiness, by Eric Jorgenson

Eric Jorgenson a fondé Angellist, Epinions, and Vast.com. Il est investisseur providentiel de Twitter, Uber, Yammer et bien d’autres. Avec plus d’un million d’abonnés sur Twitter, Naval jouit d’une solide réputation pour ses opinions en matière d’entreprises en démarrage, investissement, crypto, patrimoine et bonheur. Compilé par Eric Jorgensen par pur intérêt et passion, ce livre est un recueil des perspectives et sagesses de Naval au cours des dix dernières années, rassemblant ses entrevues les plus perspicaces et ses réflexions les plus poignantes. Le livre propose deux volets : le premier porte sur la façon d’accroître sa richesse et son jugement, et le deuxième sur le bonheur. Le livre présente un sommaire de nombreux modèles mentaux utiles. J’ai trouvé intéressants les modèles mentaux sur les trois types de leviers et les quatre types de chance; ceux-ci étant par ailleurs particulièrement bien adaptés en cet âge numérique. Mais le livre regorge d’introspections et de sages conseils. Naval insiste pour s’engager à long terme auprès de personnes à long terme, car selon lui, tous les rendements dans la vie, qu’il s’agisse de ceux issus des placements, des relations ou du savoir, reposent sur l’effet de composition.

Voici certains de mes passages préférés :

« Une personne heureuse n’est pas une personne qui est heureuse à tout moment de la journée. C’est quelqu’un qui interprète sans effort les événements de façon à ne pas compromettre sa paix intérieure. »

« Les meilleurs emplois ne sont pas décrétés, ni le résultat de diplômes. Ils sont plutôt les expressions créatives de continuels apprenants qui opèrent sur les marchés libres. »

Factfulness: Ten Reasons We’re Wrong About the World–and Why Things Are Better Than You Think, by Hans Rosling

Voici un fantastique livre sur le thème de l’optimisme fondé sur les faits, incidemment, ce dont la plupart d’entre nous avons besoin ces temps-ci. Bon nombre de personnes portent leur regard sur le monde et estiment que les choses vont de mal en pis chaque année. Facile de se décourager devant un tel tableau. Si vous appartenez à ce camp, ce livre pourrait avoir l’effet d’un petit remontant plutôt nécessaire. Évidemment, ce n’est pas tout sur terre qui jouit d’une amélioration tous azimuts. De plus, ce livre a été écrit quelques années avant l’éclosion de l’actuelle pandémie mondiale. Néanmoins, Hans Rosling stipule de façon convaincante que la plupart des choses dans le monde sont en meilleur état que ce qu’on a tendance à croire. Les mauvaises choses, comme les écrasements d’avion, le travail des enfants et l’appauvrissement de la couche d’ozone sont en déclin. Et les bonnes choses, comme la fréquentation scolaire des filles, le taux de survie des enfants atteints de cancer et la production des récoltes jouissent dans l’ensemble d’une hausse. L’auteur affirme que le miracle secret du progrès humain demeure essentiellement caché à nos yeux en raison de partis pris personnels, de visions du monde informées par des faits désuets et de la partialité des médias. M. Rosling propose 10 principes de base en mesure de nous aider à quitter nos bulles respectives et à augmenter notre propension aux faits (« factfulness »). En bout de compte, il s’agit d’un message d’espoir. Nous devrions tous avoir pour objectif de voir le monde tel qu’il est. Après tout, une vision du monde fondée sur les faits est plus commode pour guider nos existences. Elle permet également d’en arriver à un état d’esprit plus détendu, puisque cette façon de voir les choses entraîne moins de stress et de désespoir qu’une vision du monde déformée et dramatique. Bill Gates a affirmé que ce livre figurait parmi les plus importants qu’il ait jamais lus, faisant office de guide indispensable pour réfléchir clairement sur le monde. Ce message semble encore plus crucial en 2020.

Voici un de mes passages préférés :

« Grâce à la factfulness, nous sommes en mesure de reconnaître lorsque nous recevons des nouvelles sinistres et de nous souvenir que l’information sur les événements négatifs risque de nous parvenir plus facilement que tout autre type de renseignements. Lorsque les choses s’améliorent, on n’en entend plus parler. C’est ce qui nous donne une impression systématiquement trop négative du monde autour de nous, ce qui est très stressant. »

Jour 6

Parul Garg

Big Money Thinks Small: Biases, Blind Spots, and Smarter Investing, by Joel Tillinghast

Big Money Thinks Small de Joel Tillinghast est un livre qui porte sur l’investissement en ciblant principalement les placements axés sur la valeur. Dans cette œuvre, Tillinghast réaffirme toutes les caractéristiques propres aux placements de valeur qu’il a accumulées au cours de ses 36 années d’expérience dans ce secteur d’activité. Parmi les processus mentaux intéressants présentés, lesquels s’appliquent volontiers à mon univers à revenu fixe, notons la façon dont l’auteur catégorise l’action, l’engouement, le plaisir, le confort et la popularité dans le « coût dissimulé d’un placement, et d’autre part, la patience, l’ennui, les inquiétudes, le courage et la douleur dans la « zone ombragée du revenu ». Dans d’autres sections du livre, l’auteur se penche sur le bruit (« noise »), soit l’idée qu’à partir du moment où vous commencez à monter votre thèse de placement sur de l’information, les médias sociaux et les réseaux médiatiques chercheront explicitement à vous fournir le contenu que vous privilégiez. Afin d’éviter ces « préjugés de confirmation », il faut faire fi du bruit pour évaluer plus justement si le placement sous-jacent sera rentable ou non.

Vers le milieu du livre, Tillinghast explique comment éviter de « s’ancrer au mauvais endroit », c’est-à-dire lorsqu’un investisseur établit son point de référence à un cours élevé et très attrayant antérieur ou au mauvais moment dans l’histoire de l’entreprise. Dans le monde du revenu fixe, lorsqu’il est question de placements sous pression ou en détresse, les antécédents de l’entreprise antérieure pourraient soulever peu d’intérêt ou être non pertinents. Les histoires de revirement ne finissent pas toutes bien et il faut normalement un opérateur aux compétences incomparables pour mener à bien un tel processus. Dans ce même contexte, l’auteur porte son attention sur l’aspect émotionnel du placement. Pour toute personne, le degré d’émotion est inversement proportionnel à son savoir. Il affirme ainsi : « Moins vous avez d’information, plus vous tomberez sous le coup des émotions »; or, ce ne sont pas les émotions qui devraient guider vos décisions en placement.

En tant qu’investisseur dans les titres à revenu fixe, la plus grande leçon que j’ai tirée de ce livre porte sur la façon d’analyser la valeur d’une entreprise, soit en utilisant les modèles inverses de flux de trésorerie actualisés. À l’heure actuelle, la plupart des entreprises les plus populaires sont assorties d’une valeur maximale, soit la « valeur terminale ». Pour calculer cette valeur terminale, de nombreuses hypothèses sur la stratégie de l’entreprise et ses perspectives de croissance doivent être émises sur une période s’étalant au moins sur 10 ans. L’auteur suggère donc de présumer, afin d’injecter de la prudence dans votre thèse de placement, que la valeur terminale sera de zéro. Ce faisant, l’obsolescence du produit de l’entreprise est écartée, vous permettant de vous pencher vraiment sur la capacité de l’entreprise à dégager des flux de trésorerie libres. Voilà une façon de voir qui m’importe beaucoup.

Dans l’ensemble, ce livre est vraiment intéressant et se lit très facilement. Tillinghast nous fait part de ses expériences et de ses processus cognitifs par l’entremise d’une variété d’exemples, le tout dans un langage clair et simple.

Jour 7

Tony Rautava

Remarkable Retail: How to Win & Keep Customers in the Age of Digital Disruption , by Steve Dennis

Remarkable Retail est décrit de la façon suivante : « aider les organisations à comprendre les perturbations du marché du détail et à y répondre en créant des stratégies de croissance mémorables et rentables axées sur le client ».

Les investisseurs procurent une vaste rampe d’exploitation aux perturbateurs numériques qui offrent une valeur incroyable aux consommateurs et qui, en conséquence, en tirent une croissance surdimensionnée de leur revenu. Steve Dennis précise qu’il ne s’agit pas d’un virement de cap de la vieille économie vers la nouvelle économie électronique, mais bien plutôt sur la création d’une proposition de valeur infiniment remarquable et pertinente pour les clients — proposition de valeur qui est aussi bien exécutée selon la perspective du client, laquelle est agnostique sur le plan des plateformes et des réseaux de distribution. L’auteur discute comment, pour la plupart des détaillants, qu’il soit de la vieille économie ou de celle des perturbateurs, une stratégie centrée sur un magasin physique demeure une composante essentielle dans la création d’entreprises durables et remarquables. Il souligne le fait que les plus grandes marques du commerce numérique ajoutent des actifs physiques qui, lorsqu’ils sont bien intégrés, comportent des avantages importants pour faire concurrence avec les entreprises qui sont en ligne seulement.

La perturbation numérique transforme presque tous les secteurs du détail de façon si profonde que les marques et les détaillants sont obligés de devenir plus tolérants au risque et de répondre de manière radicale. L’auteur décrit comment les consommateurs voient et interagissent avec les marques au niveau horizontal, tandis que les détaillants bien souvent envisagent et s’organisent à la verticale. Il précise que les détaillants font une distinction dans leurs réseaux de distribution, ce qui les empêche d’adopter le point de vue du client, comme le fait de déclarer un chiffre de vente séparé pour leur commerce en ligne et leur commerce en personne.

Ce livre encourage les organisations à s’efforcer de repérer les occasions qui sont uniques dans leur secteur d’activité et d’en profiter en mettant à exécution leur propre plan remarquable pour l’avenir. Steve Dennis propose huit composantes essentielles pour permettre aux consommateurs d’avoir une expérience remarquable et s’appuie sur elles pour offrir des stratégies fondées sur de nouveaux éléments de différenciation clé dans l’apport d’une expérience radicale et mémorable.

Rolf Dekleer

Predictably Irrational, Revised and Expanded Edition: The Hidden Forces That Shape Our Decisions , by Dr. Dan Ariely

Si vous avez aimé lire Thinking, Fast and Slow de Daniel Kahneman ou Nudge de Richard Thaler et Cass Sunstein, alors Predictably Irrational devrait vous plaire. Comme Kahneman et Thaler, Ariely est un économiste comportemental. Contrairement aux économistes traditionnels, les économistes comportementaux ne présument pas que les humains sont rationnels lorsqu’ils prennent des décisions, petites ou grandes. En effet, les économistes comportementaux étudient comment les gens se comportent lorsqu’ils achètent ou vendent leurs placements, changent d’emploi, choisissent un partenaire romantique et prennent d’autres décisions dans la vie. Le livre, un meilleur vendeur sur la liste du New York Times, répond à des questions comme :

« Pourquoi notre mal de tête persiste-t-il après qu’on a pris une aspirine qui coûte 1 cent, mais disparaît-il lorsqu’on en prend une qui coûte 50 cents? »

« Pourquoi sommes-nous prêts à payer le prix fort pour un repas fastueux au restaurant, mais collectionnons-nous les coupons pour épargner 25 cents à l’achat d’une conserve? »

Voici une liste d’autres meneurs d’opinions dans le domaine de l’économie comportementale.

Jour 8

Tracy Tidy

No Rules Rules: Netflix and the Culture of Reinvention, by Reed Hastings and Erin Meyer

In No Rules Rules, Reed Hastings, de concert avec Erin Meyer, professeure dans une école de commerce, révèlent les secrets qui ont permis la création de la culture radicalement unique de Netflix – « personnel talentueux, candeur de tous les instants, salaires élevés et absence de règlements ».

Afin de vraiment se représenter la culture d’entreprise de Netflix, le lecteur doit relier les dix points. Le premier point, selon Hastings, représente la pierre angulaire sans laquelle l’histoire de Netflix s’effondre, soit la densité talentueuse de son personnel. En effet, Netflix dénombre dans son personnel des employés parmi les plus performants du marché. Le deuxième point : la candeur. L’entreprise encourage une rétroaction candide et fréquente, toujours dans des intentions positives. Les personnes talentueuses ont beaucoup à apprendre des autres personnes tout aussi talentueuses; ainsi plus elles reçoivent de rétroaction, plus elles apprennent et plus elles se responsabilisent les unes envers les autres. Une fois cette fondation bien assise, vous pouvez commencer à supprimer certaines mesures de contrôle qui ont tendance à étrangler la croissance, l’innovation et la vitesse. Qui plus est, en retirant ces mesures de contrôle, la culture axée sur la liberté et la responsabilité met en branle un cercle vertueux. À la place de politiques strictes, les employés sont habilités à « agir dans l’intérêt de Netflix ».

Sur ce point de la transparence, Hastings explique que le fait de donner accès à la chambre forte de la société en communiquant de l’information confidentielle s’est révélé la façon la plus notable de démontrer à ses employés que l’entreprise leur fait confiance, convaincue qu’ils agiront de façon responsable. Cette grande transparence organisationnelle permet par ailleurs un processus de prise de décision « dispersé »; chaque personne a l’information dont elle a besoin pour prendre des décisions et a été habilitée pour ce faire. Plus les personnes peuvent prendre en main leur propre projet, plus elles en retirent un sentiment d’appartenance et plus elles sont motivées à offrir le meilleur d’elles-mêmes.

No Rules Rules est une lecture fascinante au sujet de la culture d’entreprise qui a engendré une histoire à succès incroyable : Netflix.

Jour 9

Lukasz Darowski

Atomic Habits: An Easy & Proven Way to Build Good Habits & Break Bad Ones, by James Clear

Un petit nombre de livres ont eu un impact important dans ma vie, et celui-ci figure à coup sûr dans ce groupe sélect. J’ai toujours eu de la difficulté par le passé à garder mes bonnes habitudes et à me défaire de mes mauvaises habitudes. La lecture de ce livre m’a invité à comprendre que je n’étais pas la source du problème, mais que c’était plutôt l’approche que j’utilisais pour arriver à mes fins qui était en cause. L’auteur du livre propose un système éprouvé qui peut améliorer votre vie en mettant en place de petits changements lesquels, une fois cumulés, sont en mesure d’avoir de grandes répercussions. J’ai donc mis à exécution le concept de « l’agrégation des gains marginaux » à la gestion de mon temps et j’ai constaté des résultats importants. Je continuerai ainsi à appliquer les notions abordées dans ce livre aux domaines de ma vie que je souhaite améliorer.

Jour 10

Amar Pandya

Can’t Hurt Me: Master Your Mind and Defy the Odds, by David Goggins

J’ai d’abord entendu parler de David Goggins il y a quelques années lorsqu’il a été invité à participer à des podcasts que j’écoutais, ou en était le sujet de discussion. Il a opéré un cheminement incroyable d’autotransformation. En effet, le simple fait d’apprendre comment il a réussi à devenir le meilleur de lui-même a un effet inspirant et contagieux sur tous ceux qui l’écoutent ou découvrent son histoire. Can’t Hurt Me est en partie autobiographique et en partie livre de développement personnel, Goggins y partageant son vécu sur la façon dont il a réussi à surmonter toute une vie d’obstacles et de défis pour se transformer à force de discipline, persévérance et dur labeur. Se décrivant comme un déprimé, en mauvaise santé et dépourvu d’avenir, Goggins s’est motivé à devenir la seule personne de l’histoire des forces armées américaines à compléter sa formation élite en tant que Navy SEAL, Army Ranger et Air Force Tactical Air Controller. Formidable athlète de fond, ayant mené à bien 60 ultramarathons, triathlons et ultratriathlons, il a déjà détenu le record mondial Guinness pour ses exploits d’endurance.

Le livre met de l’avant la philosophie de Goggins qui consiste à toujours se responsabiliser aux plus hautes normes qui soient, et ce tous les jours, visant ainsi à maximiser son potentiel tout en repoussant les contraintes mentales autoimposées. Un des grands concepts présentés dans ce livre consiste à pourvoir son esprit de callosités, ou en d’autres mots, d’en accroître la protection par la répétition. En vous poussant hors des limites de votre zone de confort et en faisant l’expérience de situations nouvelles, aussi bien sur le plan physique que psychologique, vous pouvez vous protéger du doute de soi, des pensées négatives et de l’anxiété, lesquels sont à l’origine de la plupart des échecs. Pour repousser les limites de votre zone de confort et devenir plus fort et plus forte, l’objectif consiste à faire des activités qui vous rendent mal à l’aise jusqu’à ce qu’elles ne soient plus une source d’inconfort, puis à vous propulser à nouveau au-delà de ces limites. Ce concept peut d’ailleurs être utilisé dans une panoplie d’autres aspects de la vie, y compris l’amélioration de votre raisonnement en mettant constamment au défi vos préconceptions et croyances afin de veiller à ce que vous en arriviez à un degré de conviction supérieure.

Le vécu de David Goggins offre un cheminement que tous peuvent suivre pour surmonter la douleur, éliminer la peur et atteindre un plein potentiel.

Jour 11

Sharon Wang

The Psychology of Money: Timeless lessons on wealth, greed, and happiness, by Morgan Housel

J’ai appris à connaître Morgan Housel par l’entremise de ses articles de blogue sur le site Web Collaborative Fund. J’apprécie énormément sa façon de penser et son style d’écriture. Il est vite devenu un de mes auteurs financiers préférés. L’intérêt de ce livre réside dans sa brièveté et son écriture simple et directe qui est facile à comprendre, que vous ayez étudié dans le domaine de la finance ou pas. Les leçons tirées d’anecdotes présentées par l’auteur sont tellement puissantes qu’elles vous forcent à réfléchir et à remettre en question vos propres comportements, choix et relations avec l’argent. La marge d’erreur (ou marge de sécurité), la flexibilité et l’indépendance financière sont des thèmes importants qui font l’objet de discussion dans ce livre. Le monde est complexe, les humains sont compliqués, la finance n’est pas le lot unique des tabulateurs Excel et gérer l’argent n’est pas chose facile. J’espère sincèrement que vous aurez l’occasion de lire ce livre, d’en tirer de bonnes leçons et de faire fructifier vos avoirs. J’espère ainsi que vous serez en mesure de « faire ce que vous voulez, quand vous voulez, avec qui vous voulez, pendant aussi longtemps que cela vous chante ». Après tout, comme l’auteur le souligne, « la plus grande valeur intrinsèque de l’argent, et celle-ci ne peut en aucun cas être surestimée, consiste à vous rendre maître de votre temps ».

Victoria Zhang

Culture, Modernization, Value Investing and China , by Lu Li

Lu Li, fondateur de l’entreprise Himalaya Capital et auteur de Culture, Modernization, Value Investing and China, est considéré comme étant le « Warren Buffett de la Chine » selon Charlie Munger. M. Munger a par ailleurs souligné à plusieurs reprises que le marché chinois regorge d’occasions inhabituelles, contrairement au marché américain qui lui est en surdemande et hautement concurrentiel. Or, le premier règlement à suivre lorsque vous souhaitez aller à la pêche consiste à aller là où il y a des poissons. Li est probablement la personne la mieux placée pour commenter sur la Chine, puisqu’il maîtrise bien les cultures chinoise et occidentale et, en tant qu’investisseur, a passé de nombreuses années à faire des recherches et à travailler dans les marchés nord-américains et chinois. Dans la première moitié du livre, Li apporte des perspectives intéressantes sur l’évolution de la société humaine, l’histoire de la modernisation et le rôle de la Chine dans ce progrès, en adoptant des points de vue culturel, politique et géographique. Il y consigne également ses prévisions à l’égard de la Chine et de son impact sur le monde occidental. La deuxième moitié du livre est consacrée aux placements de valeur et à leur bien-fondé sur le marché chinois. Les deux parties du livre sont reliées de façon harmonieuse en suivant le thème partagé du rôle primordial joué par l’effet de la composition dans la modernisation et l’investissement axé sur la valeur. La modernisation est essentiellement le résultat de la composition du savoir, et l’investissement axé sur la valeur se fonde sur la composition des rendements à long terme. L’auteur porte également son attention sur divers autres sujets, comme la responsabilité fiduciaire, le cercle des compétences et la discipline de vente. Le plus intrigant, à la lecture de ce livre, a été pour moi d’obtenir une meilleure compréhension de ce qui constitue les caractéristiques essentielles d’un investisseur couronné de succès, soit la curiosité et la capacité à raisonner de façon indépendante. Malheureusement, ce livre n’est offert qu’en chinois pour l’instant, mais vous pourriez trouver intéressant d’écouter Li discuter de sa stratégie de placement de valeur ici.

Jour 12

Kenndal McArdle

The Master Switch: The Rise and Fall of Information Empires, by Tim Wu

Publié en 2010, The Master Switch figurait sur ma liste de livres à lire depuis quelque temps. J’ai finalement décidé de le commencer à la lumière du contexte actuel fortement axé sur les « big tech ». Tim Wu est professeur à la Columbia Law School, reconnu pour avoir formulé l’expression « neutralité du réseau » (network neutrality1) et pour son importante contribution à la réglementation antitrust. The Master Switch relate l’histoire des médias et des communications aux États-Unis en présentant un tableau exhaustif des innovations qui ont permis l’arrivée de la radio, du téléphone, du film, de la télévision et finalement, de l’Internet. Tim Wu met au jour la nature cyclique des mouvements de consolidation qui s’effectue dans le secteur des médias et communications : les innovations perturbatrices opèrent une consolidation plutôt rapide (normalement avec l’aide des gouvernements) pour éventuellement se défaire sous la pression de la nouvelle vague d’innovation, suivie à nouveau par des efforts de consolidation. Lorsque ce livre a été écrit en 2010, l’Internet semblait encore plutôt ouvert et bon nombre avançaient que la structure même de l’Internet limiterait les cycles de consolidation observés par le passé. Toutefois, si on regarde ce qui se passe de nos jours, on constate que les PDG des entreprises technologiques sont régulièrement convoqués à Washington pour expliquer le pouvoir extraordinaire que ces sociétés ont sur les citoyens américains. Avant de faire la lecture de ce livre, cet examen juridique me semblait souvent le fruit du hasard et les résultats me donnaient l’impression d’être complètement imprévisibles. Seulement, maintenant que je suis au fait des cycles de consolidation passés et des mouvements antitrust qui ont naturellement suivi dans leur sillage, je me sens mieux informé (légèrement) sur les éventualités que l’avenir nous réserve.

1 La neutralité du réseau est un principe devant garantir que tous les fournisseurs de services Internet veillent à l’égalité de toutes les communications sur Internet, sans porter préjudice ou imposer des frais différents en fonction des utilisateurs, du contenu, des sites Web, des plateformes, etc.

Fonds Sélect Pender

En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous reconnaissez que les titres de ce Fonds sont offerts exclusivement dans le cadre d’un placement privé aux investisseurs qui se qualifient à titre d’«investisseurs qualifiés» ou qui sont autrement admissibles à faire l’achat de titres conformément aux dispenses des exigences de prospectus et d'inscription des lois sur les valeurs mobilières applicables, et vous acceptez de ne pas transmettre, de ne pas reproduire et de ne pas mettre à la disposition ces informations à une personne autre que vos conseillers professionnels.