Growing Capital
July 24, 2017

Transformation catalytique: L’art et la science du placement dans la prochaine « entreprise cible »

Rédigé par PenderFund

Depuis le lancement du Fonds d’opportunités à petites capitalisations Pender en juin 2009, le nombre d’entreprises cibles1 à faible capitalisation sélectionnées pour le portefeuille par David Barr s’élève à 40. En l’espace de sept ans environ, cela équivaut à une moyenne de presque un titre tous les deux mois.

Télécharger – De forts antécédents en matière d’identification de catalyseurs

Quelle est la valeur de cette statistique ? En tant que gestionnaires d’un fonds à faible capitalisation, nous surveillons de près la liquidité du portefeuille. Nous veillons à ce que le capital qui nous est confié par nos investisseurs soit préservé et à ce qu’il croisse, et toute acquisition est un événement touchant la liquidité susceptible de créer de la valeur.

Alors, comment arrivons-nous à identifier les entreprises susceptibles d’être les prochaines cibles parmi la vaste gamme des entreprises entrepreneuriales cotées en Bourse ? « La vérité est que nous achetons rarement expressément une entreprise cible, dit David Barr, président et gestionnaire de portefeuille. Cela découle plutôt de notre processus, à savoir de notre approche tournée vers les placements privés en ce qui concerne les marchés publics. »

Plutôt que d’utiliser la méthode de la « sélection de titres », nous préférons procéder à une analyse fondamentale de tous les aspects d’une occasion de placement, y compris de sa base clientèle, de la concurrence et de l’industrie dans son ensemble. Nous tirons également profit du fait que nous avons siégé au conseil d’administration de plusieurs entreprises, « Vous êtes présents dans la salle de conférence lorsque la direction décide d’acquérir une autre entreprise, il vous est donc possible de comprendre ce qui motive l’achat d’une entreprise, ce qui vous permet d’évaluer le genre d’entreprises qui sont désirables. » À l’inverse, nous avons siégé aux conseils d’administration d’entreprises qui avaient en vue d’être acquises et, encore une fois, estimons que cette expérience peut être appliquée à l’analyse des placements.

Voici certaines observations qui semblent indiquer que nous avons affaire à une entreprise cible.

Une longueur d’avance

Les petites entreprises disposent d’une longueur d’avance. Elles sont plus faciles à acquérir que les grandes entreprises. Leur acquisition est susceptible de permettre à l’acquéreur d’élargir son offre de produits et de services ou d’éliminer un concurrent nuisible. L’acquéreur peut alors imposer ses structures de coût sur l’entreprise cible et, comme les entreprises à faible capitalisation souffrent d’un manque d’échelle, éliminer les divers coûts et dépenses susceptibles de diminuer leur marge de profit, le tout ayant pour conséquence de faire de l’acquisition un exercice rentable sur le plan financier.

De vraies entreprises

Une entreprise qui vend le nouveau produit en vogue peut séduire beaucoup d’investisseurs, mais Pender n’est pas intéressée par ce genre d’entreprise. Il arrive souvent que les paramètres fondamentaux ne soient pas à la hauteur des attentes, et cela est amplifié dans l’arène des entreprises à faible capitalisation. Nous essayons de dénicher des entreprises qui ont une proposition innovante et éprouvée, une clientèle bien établie et une solide équipe de gestion. Ce sont là les caractéristiques qui en font une bonne occasion de placement selon Pender. Et ce sont également les attributs qui caractérisent les bonnes entreprises cibles. Les grandes entreprises ne s’intéressent pas aux entreprises faisant face à des problèmes. Elles veulent faire croître leur entreprise grâce à des acquisitions solides.

Valorisation

Notre valorisation est tributaire de notre diligence raisonnable. Nous déterminons la valeur intrinsèque et ce que paierait pour une certaine entreprise une tierce partie indépendante — à savoir la juste valeur de l’entreprise sur les marchés privés. Cette approche tournée vers les placements privés en matière de la valorisation d’une société ouverte nous permet de tirer pleinement parti de points d’entrée intéressants et de ne pas trop payer pour un placement. Et bien que le marché puisse ne pas reconnaître pleinement la valeur générée par l’entreprise, il y a fort à parier qu’une autre compagnie y arrivera.

Rebelles de l’industrie

De temps à autre, une petite entreprise rompt avec les normes d’une industrie pour secouer tout un secteur. Elle réussit à faire concurrence aux acteurs existants du marché grâce à une technologie perturbatrice, par exemple. Plus elle secoue le marché, plus elle est susceptible de susciter l’intérêt d’un concurrent désireux de l’acheter. Le plus difficile est d’anticiper le potentiel d’une entreprise avant qu’elle commence à faire des vagues sur le marché et de l’acheter à un prix de pré-découverte.

Actifs sans être activistes

Nous ne sommes pas des investisseurs activistes, un terme utilisé pour décrire des entreprises « prédatrices », à savoir des entreprises qui font l’acquisition d’une participation importante dans une société pour en extraire la valeur, souvent par le biais d’importantes cessions. Nous sommes cependant des investisseurs actifs. Selon nous, un placement représente une participation tangible dans une véritable entreprise et nous gérons de manière active les titres de nos fonds, avec comme obligation fiduciaire d’atténuer la perte de valeur du capital et d’obtenir un rendement pour nos porteurs de parts. Pour ce faire, nous misons sur l’analyse fondamentale des perspectives qui s’ouvrent à une entreprise de même que sur l’analyse des risques auxquels elle fait face. Dans certains cas, nous devenons plus étroitement liés à une entreprise, en siégeant sur son conseil d’administration, par exemple, de manière à soutenir l‘entreprise et sa direction (et non pas pour y semer l’agitation), avec pour objectif de faire augmenter sa valeur en tant qu’entreprise cible. 

Éviter les pièges de la valeur

L’envers de la médaille est qu’il est tout aussi important de pouvoir éviter les actions de mauvaise qualité que de pouvoir choisir celles qui sont de bonne qualité. Notre grande expérience du placement dans des entreprises privées nous a appris à échapper aux pièges de la valeur. Il s’agit d’actions qui semblent intéressantes du fait que leur valorisation est bon marché. Mais ce n’est pas pour rien qu’elles sont bon marché. Certains investisseurs « axés sur la valeur » trouvent difficile de résister à une aubaine, mais lorsque la valeur actionnariale d’une entreprise est en baisse et que sa valeur intrinsèque l’est aussi, votre marge de sécurité est diminuée et le capital investi est « piégé » vu que le prix de l’action ne se redresse jamais. Dans la mesure du possible, l’analyse fondamentale fournit les signes avant-coureurs qui nous permettent d’éviter les pièges de la valeur.

1 « Entreprise cible » est une expression que nous utilisons pour signifier une entreprise sujette à fusion et acquisition.

Fonds Sélect Pender

En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous reconnaissez que les titres de ce Fonds sont offerts exclusivement dans le cadre d’un placement privé aux investisseurs qui se qualifient à titre d’«investisseurs qualifiés» ou qui sont autrement admissibles à faire l’achat de titres conformément aux dispenses des exigences de prospectus et d'inscription des lois sur les valeurs mobilières applicables, et vous acceptez de ne pas transmettre, de ne pas reproduire et de ne pas mettre à la disposition ces informations à une personne autre que vos conseillers professionnels.