Billet de blogue : une fin de semaine à Omaha

Rédigé par Investment Team le .

Il est impressionnant de réfléchir à l’évolution des assemblées annuelles de Berkshire Hathaway (BRK) au fil des années. Il y a cinquante-trois ans avait lieu dans une salle à manger la première assemblée annuelle de Berkshire Hathaway pour les amis et la famille. Actuellement, plus de quarante mille personnes se retrouvent à Omaha et remplissent un aréna, sans oublier la diffusion en direct qui est visionnée par des milliers d’autres personnes.

Télécharger le PDF

Ce tableau simple explique bien pourquoi BRK a réussi à attirer autant de personnes :

Source : CapitalIQ

Gardons les choses simples

Il va sans dire que le cheminement de Berkshire Hathaway Inc. est extraordinaire. Mais plus incroyables encore sont les concepts et les principes de base simples sur lesquels est fondée cette création de richesse. Charlie Munger, partenaire de Warren Buffett, résumait le mieux la situation lorsqu’il a dit, « Notre approche nous a bien servie. Constatez comment nous, nos gestionnaires et nos actionnaires nous amusons. Plus de gens devraient faire comme nous. Ce n’est pas difficile, mais cela semble l’être, car notre approche est non conventionnelle – elle ne suit pas la manière normale de faire les choses…. Il s’agit de simplicité et de bon sens. »

Et même si les concepts qui sont réitérés dans chaque lettre, lors de chaque réunion et pendant chaque entretien sont simples, peu ont réussi à reproduire la formule de façon réussie. La raison est que « simple » ne se traduit pas par « facile ». Nos cerveaux sont préprogrammés pour agir d’une manière illogique dans certaines situations et il faut travailler dur et faire preuve d’introspection et de prévoyance pour surmonter ces tendances. Cela étant dit, une entreprise qui a copié sans vergogne et qui a profité du modèle de Berkshire Hathaway est Markel Inc. (MKL), dirigée par Tom Gayner et Richard Whitt, codirecteurs généraux.

Source : CapitalIQ

Compte tenu des antécédents impressionnants de Markel et de sa ressemblance avec BRK, leur assemblée annuelle est devenue elle aussi un événement incontournable pour les investisseurs axés sur la valeur qui se retrouvent à Omaha chaque année au mois de mai.

Ci-dessous, nous examinons trois thèmes clés qui ont caractérisé les assemblées annuelles de BRK et de MKL lors de notre fin de semaine à Omaha :

  • La valeur d’une marque et de la réputation.
  • Le pouvoir de l’apprentissage continu.
  • L’importance de bien comprendre le facteur humain.

La valeur d’une marque et de la réputation

Berkshire Hathaway est peut-être le mieux connue pour les sommes importantes qu’elle a investies dans les marques les plus prestigieuses de l’Amérique du Nord. Et s’il existe un investisseur qui comprend vraiment la valeur de cet actif incorporel, un actif qu’un bilan n’arrivera jamais à quantifier de façon satisfaisante, c’est Berkshire. Et une marque n’est rien d’autre qu’une réputation.

Berkshire a pleinement tiré parti de cet actif en ce qui concerne ses placements, citons comme exemple Coca-Cola et GEICO, et la marque Berkshire elle-même.

Pour témoigner de l’importance que messieurs Buffet et Munger accordent à leur propre réputation, ils ont remarqué lors de l’assemblée de 2018 qu’ils sont d’avis que la réputation de Berkshire demeurera longtemps après qu’ils nous auront quittés, et que la seule chose qu’ils peuvent prédire à l’égard des 50 prochaines années est le fait que Berkshire sera toujours « fondée sur certains principes ».

Il s’agit là des principes sur lesquels repose la réputation de l’entreprise. Et le fait que l’entreprise ait été digne de confiance d’année en année a permis à Berkshire de se bâtir une solide réputation qui a attiré deux principaux groupes de personnes : un actionnariat orienté sur le long terme et des vendeurs sérieux qui frappent à sa porte. Et bien qu’il soit impossible de quantifier la valeur de ces deux groupes de personnes, ils ont joué un rôle extrêmement important dans l’accroissement de la richesse de Berkshire. Le fait d’agir de manière éthique et respectueuse profite bien sûr aux autres, mais aussi à soi-même. Chez Pender, nous nous efforçons de ne jamais sous-estimer la puissance d’une marque et d’une réputation dans nos placements et nos propres relations.

Le pouvoir de l’apprentissage continu

On ne peut s’empêcher d’être impressionné par l’assemblée annuelle de BRK où Charlie Munger, âgé de 94 ans, sort de derrière le rideau bleu pour animer une réunion de huit heures pour des dizaines de milliers de personnes. Outre le fait qu’il se déplace sans l’aide de personne, le discours de M. Munger est engageant et ponctué de rires et de commentaires pointus tout au long de la journée. Après avoir pris compte de la chance et de ses bons gènes, il est difficile de ne pas attribuer cette réalisation remarquable à l’esprit implacable de M. Munger. M. Munger est le modèle exemplaire de la quête inlassable du savoir ou, selon ses propres mots, de « l’élimination de l’ignorance ».

Berkshire a posé les bases de principes qui, espère-t-elle, vont résister à l’épreuve du temps, cependant messieurs Buffet et Munger restent flexibles quant à leur application. Leur agilité surprenante repose sur une curiosité à l’égard du monde, sur la reconnaissance de leur propre ignorance et sur une ouverture au changement. Les placements que Berkshire a récemment effectués dans le secteur de la technologie et dans le secteur aérien démontrent bien leur flexibilité, car ils ont déjà, par le passé, parlé contre ces deux secteurs.

Charlie Munger : « Il est important d’avoir l’habitude de réexaminer vos vieilles idées en permanence….  Il n’est tout simplement pas possible de réussir sa vie sans pouvoir le faire. Le monde évolue. »

L’une des principales valeurs chez Pender veut que l’on favorise un esprit entrepreneurial. Le mot « entrepreneur » est puissant, car il représente la passion, l’innovation et l’ambition. Un entrepreneur ne repose jamais sur ses lauriers, mais cherche plutôt à faire place au changement et à dénicher des occasions dans le monde de demain. Et pour nous, M. Munger est un exemple marquant de la façon dont la curiosité permet à cet état d’esprit de s’épanouir.

L’importance de bien comprendre le facteur humain

Il arrive souvent que le monde du placement néglige, voire qu’il choisisse de ne pas tenir compte, de la puissance des relations humaines. Les entreprises ont toutes d’importantes relations avec les consommateurs, leurs employés et leurs actionnaires. Nous estimons qu’il s’agit de relations importantes, car il suffit que l’une de ces relations soit en péril pour qu’une entreprise s’écroule, même si elle figure parmi les plus grandes. Par la même occasion, des entreprises médiocres peuvent devenir de grandes entreprises en renforçant ces relations de la bonne manière.

Messieurs Buffet, Munger et Gayner apprécient grandement l’importance de ces relations.

Lorsqu’on a demandé à M. Gayner lors de l’assemblée annuelle de Markel de décrire l’entreprise hypothétique parfaite, il n’a pas parlé de paramètres de rentabilité ni de la solidité des bilans. Il a simplement dit qu’une entreprise de classe mondiale en est une qui répond vraiment aux besoins de ses clients, de ses employés et de ses actionnaires. Il s’agit d’une déclaration simple et percutante du PDG d’un conglomérat dont la valeur est évaluée à 15 milliards $ US. Pourtant, le court-termisme de Wall Street finit souvent par éclipser l’importance de ce concept fondamental.

Un autre exemple lié au facteur humain est la puissance des incitations. Charlie Munger a essayé de marteler l’importance des incitations dans son discours à l’université de Harvard en 1995 intitulé The Psychology of Human Misjudgement, dans lequel il déclare : « Je pense avoir fait partie toute ma vie du 5 % des personnes de mon âge ayant le mieux compris la puissance des incitations, et toute ma vie, je pense l’avoir sous-estimée. Il ne s’est pas écoulé une seule année sans que je sois surpris d’apprendre quelque chose de nouveau qui repousse mes limites un peu plus loin. »

On peut même affirmer qu’un des ingrédients faisant partie de la recette pour la sauce secrète de Berkshire est leur compréhension profonde des incitations. Cela a été attesté par la réponse de M. Munger lorsqu’on a posé à M. Buffet une question portant sur la structure des mesures incitatives chez Berkshire, « Il (Warren) ne veut pas vraiment répondre… Toutes les formules sont consignées dans le livre, et elles sont toutes privées. C’est notre système. »

Comme en témoignent Markel et Berkshire, les relations avec les intervenants et la structure des mesures incitatives sont extrêmement importantes. Et bien que ces facteurs soient toujours difficiles à mesurer, chez Pender nos décisions de placement reposent lourdement sur ces facteurs qualitatifs.

En conclusion

Nous avons bien profité de notre fin de semaine à Omaha et recommandons à tous ceux qui sont aussi passionnés que nous le sommes par le placement d’y participer. En outre, bien que ce billet de blogue porte sur le monde du placement, nous sommes d’avis que ces idées peuvent également avoir un rôle à jouer dans la vie de tous les jours. Il est difficile d’imaginer que quelqu’un ne puisse pas s’y retrouver dans la vie s’il valorise les bonnes relations humaines, l’apprentissage continu et le maintien d’une bonne réputation. En fait, la sagesse omniprésente de messieurs Buffet et Munger dans leur vie de tous les jours pourrait avoir autant à faire avec le rassemblement de milliers de personnes que les rendements présentés ci-dessus.

Kenndal McArdle

24 mai 2018