Book Reviews
June 27, 2019

La liste de lectures estivales de Pender — juin 2019

Rédigé par Investment Team

David Barr

Thinking in Systems : A Primer, Donella Meadows et Diana Wright (éditrice)

J’ai mis la main sur Thinking in Systems après qu’il m’ait été recommandé par Rishi Gosalia, un scientifique de données chez Google que j’ai eu le plaisir de rencontrer au Zurich Project de MOI en 2018. Je suis toujours curieux de lire les œuvres recommandées par des gens fascinants qui sont également des investisseurs de valeur, car cela m’invite à envisager le monde sous une perspective différente.

Thinking in Systems a été écrit par une environnementaliste prédominante du début des années 70, Donella Meadows. Il s’agit de son deuxième livre, après son premier intitulé Les limites à la croissance pour lequel une édition spéciale pour son 30e anniversaire a été publiée tout juste avant sa mort en 2001, accompagnée d’une ébauche de Thinking in Systems.

Le livre décrit comment les défis qui se posent au monde, comme la pauvreté et l’environnement, auront des retombées à effet composé, agrémentées de boucles de rétroaction positive. J’ai relevé la présence de nombreuses analogies entre les idées de Mme Meadows et les mouvements du marché aujourd’hui, notamment sur le plan des FNB et des transactions axées sur les mouvements boursiers.

Chez Pender, nous essayons toujours de sortir des sentiers battus, et la lecture d’un livre comme celui-ci accomplit bien cette mission. En fournissant des modèles mentaux, il aide à améliorer notre compréhension de l’évolution des marchés et de la façon d’en tirer éventuellement profit pour engendrer des rendements pour nos porteurs de parts.

Télécharger le PDF

Felix Narhi

Everything is Obvious : How Common Sense Fails Us, Duncan J. Watts 

Ce livre fascinant de sociologie cherche à démontrer que le bon sens n’est pas aussi fiable qu’il en paraît. Plutôt, ce livre explore les différentes façons d’améliorer le processus de prise de décision, pour vous ou votre entreprise, à l’aide de méthodes s’appuyant davantage sur les données scientifiques et statistiques.

Ce livre m’a aidé à clarifier certains processus de pensée plutôt ambigus. J’aime bien lire des livres qui me rendent mal à l’aise, car il s’agit souvent là du meilleur antidote au biais de confirmation. En effet, cette envie de confirmation est un problème dans un monde où la personnalisation des recherches Google peut amplifier, maintes et maintes fois, les tendances partiales. Il est beaucoup plus plaisant de lire quelque chose qui abonde dans notre sens, mais ce faisant, on court le risque de se retrouver avec des angles morts et des opinions bien ancrées qui ne concordent pas nécessairement avec la réalité. Si vous souhaitez vous prémunir d’une plus grande rationalité, il convient d’observer le monde tel qu’il est, plutôt que comme on souhaite qu’il soit.

Le livre tire plusieurs leçons fascinantes sur le comportement humain, aussi bien sur le plan individuel que collectif. Une des leçons les plus pertinentes pour la finance, à mon avis, est la suivante : « nous n’apprenons pas de l’histoire autant que nous le pensons; et cette idée fausse vient souvent à son tour déformer notre perception de l’avenir » (traduction libre). Bon nombre d’investisseurs se penchent longuement sur le passé pour informer leur processus de décision. Cependant, il convient de se rappeler que l’histoire est une professeure un peu capricieuse. Elle ne se déroule qu’une seule fois et, bien souvent, ne fournit un récit convaincant qu’après les faits, lequel est formulé en s’appuyant sur le simple bon sens. Il y a des moments où l’histoire s’avère un guide utile, mais dans la plupart des cas, elle est en fait trompeuse. D’un point de vue scientifique, l’histoire ne nous apprend rien. Déterminer quand elle peut se révéler utile ou nuisible est également très évident, mais seulement lorsqu’on sait déjà la réponse.

Loonshots : How to Nurture the Crazy Ideas That Win Wars, Cure Diseases, and Transform Industries, Safi Bahcall

Les leaders d’entreprise axés sur l’avenir se demandent « comment dégager des rendements aujourd’hui tout en mettant au point les produits dont on aura besoin à l’avenir? ». La réalité est telle que les aptitudes et stratégies nécessaires pour appuyer les franchises dans le présent sont profondément différentes de celles requises pour en développer de nouvelles. Le livre de Bahcall, Loonshots, explore le type de structure organisationnelle nécessaire à la création de projets aussi radicalement originaux. Ces projets sont, à leurs débuts, imparfaits et déconcertants, d’où leur mort souvent prématurée en raison d’un désintérêt ou d’une résistance organisationnelle. Toutefois, ceux qui réussissent à survivre deviennent la semence à partir de laquelle se développent des franchises importantes, ainsi que la source de création de valeur et de progrès scientifiques de par le monde. Vraisemblablement, alimenter de tels projets est encore plus important aujourd’hui, dans ce monde qui évolue à la vitesse éclair. Plus particulièrement, l’auteur met l’accent sur le besoin de séparer les « artistes » créateurs et les « soldats » qui mettent les idées à exécution, permettant à chacun de faire au mieux de ses habiletés. En fin de compte, le succès dépend de l’équilibre qui s’établit entre ces deux groupes.

On trouve des anecdotes fort intéressantes dans ce livre, y compris la façon dont l’armée américaine a d’abord ridiculisé et négligé le radar, alors qu’on sait maintenant que cet instrument s’est avéré vital à la victoire des alliés lors de la Seconde Guerre mondiale; la manière dont Charles Lindbergh a contribué, à son insu, à la montée de la compagnie aérienne Pan Am; la raison pour laquelle Facebook a réussi tandis que Friendster a échoué; et la façon dont bon nombre de médicaments ont été mis au point, entre autres faits intéressants. Le contenu de ce livre est fascinant. Il vient notamment appuyer une de nos croyances : se montrer ouvert aux idées de placement dans des organisations où de tels « loonshots » (projets un peu fous) peuvent bourgeonner et s’éclore pour créer un potentiel de hausse à l’avenir.

Geoff Castle

Voulez-vous vraiment être riche?, Charles Raw, Bruce Page et Godfrey Hodgson

J’ai récemment relu un livre que j’avais lu, il y a quinze ans, et qui m’était venu recommandé par Randy LeClair, alors gestionnaire du Fonds d’obligations AIC. Avec son titre séduisant, ce livre a été écrit par une équipe de journalistes du Sunday Times. Le livre raconte la montée et la déconfiture d’un des premiers grands charlatans du secteur des fonds communs de placement, Bernard Cornfeld, et de son entreprise très « innovatrice » de fonds communs de placement, Investors Overseas Services (IOS). Toute personne qui travaille dans le secteur des placements ne pourra s’empêcher de sourire devant l’audace des activités de Cornfeld qui, pendant un certain temps, a profité de l’extrême naïveté des investisseurs et de l’opacité des marchés des capitaux dans les années 60. Les auteurs décrivent la montée de Cornfeld, d’étudiant communiste de Brooklyn, en passant par gourou des ventes axé sur la psychologie, à son rôle de vendeur, promoteur et investisseur tiraillé par l’incertitude. Les commissions de vente ne s’établissent plus à 9 % et les autorités ont maintenant plus ou moins mis fin aux regroupements de tâches liées à la promotion et aux activités de l’entreprise, il n’en reste pas moins que les lecteurs d’aujourd’hui reconnaitront les scandales et les comportements outrageants qui ont mené à la déconfiture d’IOS, tout comme les archétypes qui peuplent les pages de ce livre. Grâce à Internet, il est possible de trouver des copies de la version originale de 1971 ou de sa réédition en 2005 (en anglais).

Maria Pacella

The Rainforest : The Secret to Building the Next Silicon Valley, Victor Hwang et Greg Horowitt

J’ai récemment eu le plaisir de rencontrer Greg Horowitt et de participer à l’une de ses conférences. Horowitt et Wang, son associé d’affaires, ont coécrit un livre qui utilise le modèle de la forêt pluviale tempérée pour décrire comment les écosystèmes innovateurs, comme Silicon Valley, sont conçus, créés et s’alimentent. Ces systèmes porteurs d’innovations ne sont pas comme des plantations, lesquelles sont contrôlées, exactes et précises, mais comme une forêt pluviale, laquelle s’avère non linéaire, non prédéterminée et parfois chaotique. La forêt pluviale procure l’atmosphère propice permettant aux éléments de se rassembler pour créer de nouvelles espèces qui sont plus grandes que la somme de leurs parties. Une forêt réussie se construit à partir des bons ingrédients, qui se réduisent en grande partie aux facteurs humains : « diversité des talents, confiance à travers les barrières sociales, motivations qui dépassent la rationalité à court terme et normes sociales qui encouragent une collaboration et expérimentation rapide favorisant la “promiscuité” entre les individus » (traduction libre). La bonne nouvelle : il est possible de créer une forêt pluviale n’importe où lorsqu’on a les bons ingrédients!

Billion Dollar Whale : The Man Who Fooled Wall Street, Hollywood, and the World, Tom Wright et Bradley Hope

Dans le sillon du scandale Theranos de l’année dernière s’en profile un nouveau, celui-ci d’envergure mondiale. Le livre porte sur la fraude et l’orgueil démesuré et sans précédent d’un des fonds souverains de Malaisie, le 1Malaysian Development Berhad (1MDB). Par l’entremise d’une série de connexions, une personne, en l’occurrence Jho Low, a réussi à devenir le cerveau derrière le fonds, s’en servant comme effet de levier pour frauder davantage tout en impliquant toujours un plus grand nombre de personnes, y compris Leonardo DiCaprio, Goldman Sachs et Deutsche Bank, pour n’en nommer que quelques-uns. Il y aura sûrement de nombreux films qui porteront sur cet événement qui, ironiquement, avait financé Le Loup de Wall Street. Malheureusement, dans ce cas-ci, ce sont les citoyens malais qui payent la facture. J’en profite pour donner un coup de chapeau aux journalistes de terrain à l’échelle mondiale qui sont souvent ceux qui mettent au jour ces scandales et veillent à ce que justice soit faite.

Sharon Wang

Poor Charlie’s Almanack : The Wit and Wisdom of Charles T. Munger, Charles T. Munger

Parmi les choses que j’ai découvertes pendant mon séjour à Omaha en mai, la sagacité de Charles T. Munger fut certainement la plus impressionnante. J’ai décidé de lire Poor Charlie’s Almanack dans l’espoir de recevoir une autre dose de sa sagesse. J’ai ultimement reçu l’injection souhaitée. Par l’entremise d’un recueil de discours et de discussions par Charlie, le livre décrit comment cet investisseur légendaire a structuré sa façon de penser. Cette dernière va bien au-delà du placement, offrant un cadre mental dans lequel penser la vie, l’apprentissage et le processus de décision. Tout cela fait bien sûr écho avec nos activités ici à Pender. Par exemple, Charlie laisse entendre que la réussite dans la vie ne consiste pas à avoir d’intenses moments de génie, mais plutôt à éviter les folies; à s’armer de patience et à se préparer, qui sont la clé du succès; à connaître ses compétences, etc. Le livre est long, mais très divertissant, particulièrement si vous aimez son sens de l’humour pointu. Faites-en la lecture. Comme Charlie le dit si bien lui-même : « Je n’ai rien à ajouter ».  

Amar Pandya

Big Mistakes : The Best Investors and Their Worst Investments, Michael Batnick

Le placement est une quête qui rend tout investisseur modeste, peu importe le niveau de connaissance, d’intelligence et de fortitude. Tous les investisseurs ont fait au moins quelques erreurs importantes, onéreuses et embarrassantes à un moment de leur carrière. La majorité des livres portent sur le savoir et les stratégies des investisseurs qui ont une longue fiche de route couronnée de succès. Bien que ces observations aient une grande valeur, puisqu’elles informent les apprentissages et les stratégies pouvant être utilisées à meilleur escient financier, nous estimons que prendre connaissance des plus grandes bourdes commises par les investisseurs chevronnés se révèle porteur d’une plus grande valeur encore. Cette affirmation est particulièrement vraie lorsqu’il est possible de tirer avantage de cette sagesse sans avoir à subir les conséquences de telles erreurs soi-même. Le livre Big Mistakes décrit les grandes erreurs commises par les plus grands investisseurs de l’histoire. Il identifie les erreurs, les leçons tirées et les stratégies pouvant être mises en place pour éviter les pertes et maximiser la probabilité de succès.

Kenndal McArdle

Changer d’état d’esprit : une nouvelle psychologie de la réussite, Carol S. Dweck

J’ai entendu parler de Carol S. Dweck pour la première fois lors d’une TED Talk en 2014 intitulée « The power of believing you can improve ». Depuis, son œuvre s’est transformée en sorte de gospel pour les cadres d’entreprises, notamment Satya Nadella, PDG de Microsoft, qui mène la charge sur ce qui deviendra sûrement le changement de cap le plus important de la décennie. La conversation de Nadella avec Spencer Rascoff, ancien PDG de Zillow, dans son podcast Office Hours, a piqué pour de bon ma curiosité et je me suis procuré le livre de Mme Dweck. Parmi les autres raisons qui me poussent finalement à lire ce livre après plusieurs années de savoir périphérique : mon aîné se prépare à commencer l’école à l’automne et j’espère que ce livre me donnera des conseils pratiques en tant que parent sur la façon de créer un état d’esprit axé sur la croissance dès un jeune âge.

Rolf Dekleer

Genius : The Life and Science of Richard Feynman, James Gleick

Je viens de terminer la lecture de l’incroyable biographie d’un des personnages les plus excentriques et fascinants des sciences physiques du 20e siècle. Je suis étroitement lié à D-Wave Systems, une entreprise qui mène la charge dans la mise au point de systèmes informatiques et logiciels quantiques pour le marché commercial, et à cet égard, je suis profondément intéressé par la physique quantique. Richard Feynman était un génie. « Un géant des sciences physiques du vingtième siècle » qui est mieux connu pour son travail dans la mécanique quantique. Il a été le premier à postuler l’éventualité d’un ordinateur quantique, se demandant « quelle sorte d’ordinateur pourra-t-on utiliser pour simuler la physique? Pourrons-nous le faire avec un nouveau type d’ordinateur – un ordinateur quantique? ». Feynman était reconnu pour sa façon non conventionnelle de résoudre les problèmes, arrivant à des conclusions bien avant ses pairs qui empruntaient des voies plus logiques et linéaires à la résolution de problème. De toute évidence, il s’agissait d’un homme complexe et haut en couleur. Tandis que ce livre décrit la vie et le travail de Feynman, particulièrement ses réussites scientifiques, il demeure intéressant et accessible aux personnes non scientifiques, comme moi. J’ai certainement appris une chose ou deux…

Tracy Tidy

De zéro à un : Comment construire le futur, Peter Thiel avec Blake Masters

Ici à Pender, nous prisons toujours les entreprises qui sont dirigées par leurs fondateurs, car il s’agit là d’une caractéristique prédictive clé. Peter Thiel est le co-fondateur de PayPal, Palantir Technologies et Founders Fund. Dans son livre, De zéro à un, il décrit les différentes caractéristiques requises pour créer une entreprise qui connaît du succès. L’hypothèse de son livre repose sur la création d’entreprises qui fabriquent des choses neuves, car pour lui, partir de rien pour créer quelque chose est le plus grand bond que l’on puisse effectuer. En effet, il conçoit le progrès selon deux perspectives : le progrès horizontal (mondialisation), où l’ajout d’un élément déjà connu ne fait que nous mener de 1 à N; et le progrès vertical (technologique), où la création de quelque chose de neuf nous mène de 0 à 1. Ce livre regorge de renseignements contre-intuitifs d’entrée de jeu, mais qui fournissent une vision provocante et optimiste de l’innovation. L’auteur s’appuie sur ses différentes expériences en tant qu’entrepreneur pour en arriver à sept caractéristiques clés qui, selon lui, sont essentielles à la réussite de toute entreprise en démarrage.

Gridiron Genius : A Master Class in Winning Championships and Building Dynasties in the NFL, Michael Lombardi

Lors de notre récente conférence sur le placement, qui venait souligner nos dix ans d’existence, nous avons eu la chance d’avoir Michael Lombardi comme conférencier principal. Il a parlé de la culture et du leadership, et plus particulièrement de l’importance de la culture dans le succès des meilleures franchises de football américain. Il a expliqué que la tâche la plus importante d’un leader est d’entretenir cette culture en en faisant lui-même la démonstration au quotidien. Il a ensuite établi un parallèle entre le football et les affaires. Dans son livre, Gridiron Genius, il puise dans ses nombreuses expériences auprès d’entraîneurs de football légendaires pour tenter d’expliquer le succès de ces leaders. Avec le leadership et la culture comme points de mire, son discours a trouvé résonnance à nos oreilles puisqu’il s’agit de caractéristiques clés dans notre propre examen des entreprises.

Tony Rautava

Dealmaking : The New Strategy of Negotiauctions, Guhan Subramanian

Le livre de M. Subramanian porte sur la théorie des négociations et des ventes aux enchères et sur la façon que les transactions d’affaires comportent des éléments tirés de ces deux phénomènes, d’où « negotiauction ». Il explore comment les parties intéressées dans une transaction peuvent naviguer, à leurs avantages, jusqu’au terrain mitoyen qui se situe entre la négociation et la vente aux enchères. L’auteur ne donne pas une réponse catégorique, mais propose quelques études de cas dans lesquelles le négociateur agit comme un « process-setter » (personne qui met en place des processus). Il explore chacune des trois composantes de cette mise en place des processus : mise en scène, réagencement et tombée du rideau (traduction libre). Il démontre comment ces différents types d’action sont utilisés pour gérer l’interconnectivité des négociations avec l’autre et de la vente aux enchères avec ses pairs. Le phénomène du « process-setting » est communément utilisé dans les transactions personnelles et d’affaires. Ce livre analyse comment la négociation du processus de l’entente est tout aussi importante que la négociation de l’entente elle-même.

Parul Garg

Shaky Ground : The Strange Saga of the U.S. Mortgage Giants, Bethany McLean

Le livre porte sur deux entités controversées, Fannie Mae et Freddie Mae, lesquelles se révèlent des mystères non résolus depuis 2008. J’ai lu ce livre dans le cadre de ma recherche étant donné que, au moment d’écrire ce résumé, nous avons des placements dans les actions privilégiées de Fannie Mae.

McLean brosse un tableau général sur la façon dont ces deux entités se sont retrouvées impliquées dans la bataille entre Wall Street et la politique. La saga est complexe, sans solution imminente. Aujourd’hui, bien que les entités Fannie et Freddie soient de nouveau rentables, elles demeurent sous tutelle (ni privées, ni complètement nationalisées). Le livre est une bonne référence rapide lorsqu’on souhaite comprendre comment Fannie et Freddie se sont sorties de la crise hypothécaire américaine de 2008.  

Victoria Zhang

Sur la ligne de faille, Geoffrey A. Moore

Les clients adoptent les nouvelles technologies déstabilisantes à des rythmes différents au cours de la durée de vie d’un nouveau produit. Dans le livre de Geoffrey A. Moore, Sur la ligne de faille, l’auteur se penche sur les stratégies de marketing, principalement pour les sociétés de technologie qui offrent des produits déstabilisants (ou perturbateurs), mais les concepts illustrés valent autant pour les autres secteurs. Moore classe les clients dans cinq catégories en ce qui a trait à l’adoption de nouvelles technologies : innovateurs, impatients, première majorité, deuxième majorité, retardataires (traduction libre). Selon lui, l’écart le plus important dans le mouvement d’un groupe à l’autre, soit la « faille », se situe entre les impatients et la première majorité, ce qui devrait constituer la cible marketing de toute entreprise. Le livre décrit la démarche qu’une entreprise doit entreprendre pour trouver son créneau de marché, pour dominer ce marché et pour ensuite l’utiliser comme point de référence afin d’orchestrer son entrée sur le marché de masse. L’auteur est un franc partisan d’une approche axée sur le marché, qui utilise le pouvoir du bouche-à-oreille et tire parti des effets de réseau pour s’approprier des parts de marché. Ses perspectives sont fort utiles aux entrepreneurs dans la création de stratégies marketing, lesquelles doivent être constamment ajustées pour cibler le prochain groupe sur le continuum. Dans l’ensemble, Moore est un bon raconteur – il met en évidence les périls potentiels et les défis cachés et illustre ses propos à l’aide d’anecdotes simples et précises.

Lukasz Darowski

Le pouvoir de la confiance : Le facteur qui change tout, Stephen M.R. Covey

Dans ce livre, Covey conçoit que la confiance, et la vitesse à laquelle elle est établie avec les parties intéressées, se trouvent à la base de toute organisation couronnée de succès. En tant qu’opérateur de la bourse, la confiance est en effet un facteur d’importance cruciale; en fait, je ne serais pas en mesure de faire mon travail sans cette composante.

Fonds Sélect Pender

En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous reconnaissez que les titres de ce Fonds sont offerts exclusivement dans le cadre d’un placement privé aux investisseurs qui se qualifient à titre d’«investisseurs qualifiés» ou qui sont autrement admissibles à faire l’achat de titres conformément aux dispenses des exigences de prospectus et d'inscription des lois sur les valeurs mobilières applicables, et vous acceptez de ne pas transmettre, de ne pas reproduire et de ne pas mettre à la disposition ces informations à une personne autre que vos conseillers professionnels.