Commentaire du gestionnaire – T1 2017 – David Barr – mai 2017

Rédigé par David Barr

Lorsqu’on parle avec les investisseurs ces jours-ci, les questions qu’on nous pose s’articulent souvent autour d’un seul thème central — les marchés sont-ils chers ? Nous passons le plus clair de notre temps à essayer de comprendre si une entreprise individuelle se négocie à un bon prix, et bien que notre équipe se soit agrandie au fil des années, nous n’avons toujours pas les moyens d’avoir un avis sur toutes les actions ni, par conséquent, sur le « marché » dans son ensemble.

Cela étant dit, les principaux indices ont bien réussi depuis la crise financière et à mesure qu’ils continuent de progresser, il existe manifestement des secteurs dont les valorisations actuelles nous rendent mal à l’aise et des titres individuels que nous voulons éviter à tout prix. Lorsque nous envisageons les choses de façon probabiliste, nous pouvons imaginer des scénarios où la valeur des actions continue de progresser et d’autres scénarios où elle chute. Pour l’instant, nous pensons que la probabilité d’un ralentissement du marché justifie une approche plus prudente en ce qui concerne la répartition du capital dans nos portefeuilles.

Ce qui nous ramène à ce que nous faisons dans les portefeuilles. Nous avons augmenté notre trésorerie. Soit par la vente pure et simple d’entreprises ayant atteint leur pleine valorisation, soit par la diminution de notre position dans des compagnies se rapprochant de notre estimation de leur valeur intrinsèque.

Il est très intéressant d’avoir de l’argent disponible lorsque les entreprises que nous souhaitons acheter se vendent à bon prix et, historiquement, nous avons acheté de manière très agressive lorsque de telles occasions se sont présentées. Le mois d’août 2011 et la période allant de la fin 2015 au début 2016 sont deux bons exemples. La trésorerie sert aussi à bien nous protéger contre une baisse si jamais les marchés entamaient une récession.

Le coût de renonciation auquel nous sommes toujours confrontés est que si les marchés continuent de progresser, la trésorerie exercera un effet négatif sur le portefeuille. Cela est particulièrement pertinent aujourd’hui et il est donc important de parler de notre perspective à cet égard.

Tout d’abord, notre portefeuille détient des titres d’entreprises qui se négocient à un escompte important par rapport à leur valeur intrinsèque. Notre travail consiste à trouver entre 20 et 40 entreprises qui, selon nous, produiront pour le portefeuille un TRI redressé en fonction du risque solide. Nous serions inquiets s’il fallait que nous achetions 300 actions, mais il est possible d’en dénicher entre 20 et 40 dans presque n’importe quel contexte de marché. Avec un TRI intégré suffisamment important dans la partie du portefeuille qui est investie, nous cherchons au moins à suivre les indices de marché à long terme.

En second lieu, à mesure qu’augmente la trésorerie, nous devenons plus actifs dans la partie du portefeuille ayant trait aux situations spéciales et à l’exploitation de l’escompte. Lorsque les entreprises annoncent des événements d’entreprise comme une fusion ou une acquisition, une scission ou un examen stratégique, il pourrait y avoir, pendant un certain laps de temps, une occasion d’affecter du capital pour profiter d’un TRI intéressant. L’avantage supplémentaire est que ces occasions ont tendance à avoir une très faible corrélation avec le marché, ce qui veut dire que si jamais le marché ralentissait, le capital pourrait être affecté rapidement vers une occasion où il serait possible de bénéficier d’un rendement à long terme plus élevé.

Tout comme lorsqu’il s’agit de planifier un long week-end à Vancouver, nous sommes préparés pour la pluie, mais espérons qu’il fera soleil.

David Barr
Le 1er mai 2017

Fonds Sélect Pender

En cliquant sur «J’accepte» ci-dessous, vous reconnaissez que les titres de ce Fonds sont offerts exclusivement dans le cadre d’un placement privé aux investisseurs qui se qualifient à titre d’«investisseurs qualifiés» ou qui sont autrement admissibles à faire l’achat de titres conformément aux dispenses des exigences de prospectus et d'inscription des lois sur les valeurs mobilières applicables, et vous acceptez de ne pas transmettre, de ne pas reproduire et de ne pas mettre à la disposition ces informations à une personne autre que vos conseillers professionnels.